Musée du Quai Branly : mon avis

Quand j’habitais à Paris, j’avoue que je n’ai même pas eu l’idée d’emmener ma Poupette au musée. Je me disais qu’elle était trop petite, je n’y pensais même pas. Ah si j’avais su…

De plus en plus les musées se tournent vers les familles, car les enfants sont les futurs visiteurs de demain. C’est au Musée du Quai Branly Jacques Chirac que nous avons eu la chance de découvrir un atelier réservé aux 3-5 ans (donc idéal pour les 4 ans de Poupette).

Mais la programmation est largement plus vaste, puisqu’il existe une vingtaine d’activités entièrement dédiées aux familles : visites contées pour les plus petits (de 0 à 3 ans), visites guidées et ateliers par tranches d’âge (3-5 ans, 6-8 ans, 9-12 ans), sans oublier les spectacles et les événements « dimanche en famille ». Il est même possible d’obtenir un kit d’explorateur pour visiter le musée en autonomie (prêt pour la durée de la visite). L’offre propose une exploration des cultures d’Afrique, d’Asie, d’Océanie et des Amériques.

Poupette a donc participé à l’Atelier sur la Pluie, un atelier poétique sur les sons, les rites et les coutumes liés à la pluie. C’est Sylvia qui a accueilli les enfants, une dizaine en tout, accompagnés de leurs parents ou grands-parents. Les salles sont situées au sous-sol du bâtiment, sont vastes et bien agencées. Les enfants sont assis sur des coussins, les adultes sur des chaises tout autour. L’animatrice, après avoir accueilli tout le monde, présente l’atelier et invite les enfants à parler de la pluie.

musee quai branly jacques chirac

La première partie de l’atelier se déroule en salle. L’animatrice présente des diapos sur grand écran, sélectionnées pour leur rapport avec le thème. Les enfants posent des questions, même les parents s’exclament devant les découvertes : imperméable en intestin de phoque ou sac étanche en aiguille de pin des Philippines, les idées pour se protéger de la pluie ne manquent pas.

Après cette introduction, direction le musée et ses collections. L’animatrice présente quelques œuvres clés sur le thème de la pluie : une statue inca, une autre du Mali, un tambour de bronze de Java décoré avec des grenouilles…

Elle raconte la légende malienne de l’oiseau de pluie qu’un petit garçon voulait enfermer, elle parle des rites liés à la pluie, elle montre la rivière de mots qui traverse le grand couloir du musée. Les enfants sont attentifs.

Puis, on retourne dans la salle pour découvrir, toucher et créer. Des instruments de musique sont mis à disposition des enfants. L’animatrice leur présente chacun d’entre eux : le bâton de pluie qui imite la pluie, le tambourin qui imite le bruit des vagues, la boîte à tonnerre, le tuyau qui fait le bruit du vent, les grenouilles qui croassent. Les enfants choisissent un instrument puis s’installent pour réaliser un petit concert sur la pluie au bord de la mare. Puis changement d’instruments pour la tempête en mer. Même les parents participent. Les applaudissements fusent. Pendant un moment on se serait cru sous la pluie ! Les enfants en redemandent !

Enfin, vient le moment de la dernière activité : la réalisation d’une petite poupée japonaise « Teru Teru Bozu » qui a le pouvoir de faire partir la pluie. L’animatrice leur présente la légende grâce à des diapos et une petite séquence animée. Puis aidés de leurs parents, les enfants créent leur petite poupée.

L’atelier a duré 1h30 mais nous n’avons pas vu passer le temps. Cette première approche très ludique du musée est parfaite et très bien rythmée. Poupette a adoré, les autres enfants également et leurs parents ont tous l’air enchanté. Depuis notre retour, elle ne quitte plus sa poupée de pluie, elle l’a même apportée à l’école et dort avec !